La consigne en restauration

La consigne consiste à associer l’emballage à une sorte de caution que le client paye dès l’achat du produit et qui lui est rendue lorsqu’il restitue l’emballage.

En restauration, ce système perdure encore avec la bouteille en verre consignée proposée par les grands groupes de boissons pour des produits identiques en France ou en Europe (Heineken ; Coca Cola...). A l'échelon local il existe de multiples diversités de produits intéressants et de recettes différentes (Cola régionaux, bières artisanales, jus de fruits, cidres, vins et huiles artisanales....) mais dont la bouteille vide n'est pas réemployée.

D'après les sources de l'association http://www.boutabout.org la consigne représente une économie de 75% d'énergie car recycler consiste à chauffer le verre à 1500°c pour le fondre et refabriquer des bouteilles.

C'est aussi économique car les collectivités payent pour que le verre concassé soit récupéré puis revendu à des entreprises de verrerie chargées de fondre à un prix inférieur à celui de la collecte. Elles répercutent ensuite ce coût sur le contribuable dans le cadre de la taxe des ordures ménagères. Le citoyen paie deux fois l'emballage : à l'achat, en tant que consommateur, puis en tant que contribuable, via la taxe d'enlèvement des ordures ménagères. D'après les sources de l'entreprise http://www.jeanbouteille.fr/ le lavage des bouteilles consomme moins d'eau qu'à la production. La vente en vrac diminue les émissions de gaz à effet de serre.

D'après le livre « Cradle to Cradle » de William Mcdonough et Michael Braungart recycler davantage revient à sous-cycler car cette pratique amoindrit la qualité des matériaux au fil du temps.

De plus, les bouteilles et emballages plastiques sont fabriqués avec du pétrole (matière non renouvelable).

De ce fait, des caisses réutilisables consignées à l'échelon local pour le transport de la viande, du poisson, des légumes avec compartiments amovibles pour les pois, les graines, les herbes peuvent être mise en place afin de fournir la restauration localement.

Ces quelques exemples montrent qu’il faut donc éviter le tri et revoir le procédé dès sa conception (éco-conception) et éviter la notion de déchets.

Et vous, qu’en pensez-vous ?


Modéré par : Florian WEBER

Autres actualités dans "Générales"

AFNOR : L'économie circulaire a sa norme

Publié le 15 oct. 2018 - 16:02

Communiqué de presse AFNOR- 15 octobre 2018 Publication de la toute première norme expérimentale sur l’économie circulaire Plus de 50 professionnels français, décidés à muter vers une économie circulaire, ont sollicité AFNOR pour imag (...)

Guide ISO14001 perspective du cycle de vie et éco-conception

Publié le 27 sept. 2018 - 20:50

Dès son introduction, la norme stipule qu’un management environnemental peut aider la direction à contribuer au développement durable en « maîtrisant ou influençant la manière dont les produits et services de l’organisme sont conçus (...)

Guide sur l'auto-déclaration environnementale

Publié le 27 sept. 2018 - 20:46

Pour inciter les entreprises à déployer largement l’éco-conception dans leur produits ou services, il est impératif que leur première expérience rencontre un succès commercial.Nous constatons que les entreprises réalisant des produits (...)


  • Publié le 31 oct. 2018 - 15:49 GMT
    par Philippe Clapier|Recita.org
    Vue 57 fois
 Eco-conception




Recherchez

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités