Zoom sur la filière de recyclage des menuiseries dans les Deux-Sèvres

ESIAM
Entreprise à but d’emploi
37, rue de Nantes 79700 MAULEON
https://www.esiamebe.fr/
 
   Données recueillies auprès de 
Christophe BOUTIN
Directeur
esiam@esiamebe.net 
05 49 81 82 22
 
POLYREX
Produits : Granulés de PVC rigide pour extrusion
12, rue de la Cure 79700 MOULINS
https://www.polyrex.fr/
 
Données recueillies auprès de 
Thomas AUDOUIT, 
Responsable Qualité et Développement
t.audouit@polyrex.fr 
05 49 81 82 45
 
  • Christophe BOUTIN, pouvez-vous nous raconter en quelques mots la naissance de cette filière de recyclage des menuiseries ?

Le projet de démantèlement de tout type de menuiseries (bois, PVC et aluminium) est à l’initiative de Glassver, entreprise du groupe Saint-Gobain, située au Nord de Mauléon en partenariat avec l’Agglomération du Bocage Bressuirais. L’intérêt de Glassver était de récupérer des vitrages de bonne qualité (pureté) pouvant être réintégrés dans le four afin de limiter l’impact carbone et la consommation de sable, ressource non renouvelable. Ce projet est aussi une réelle réponse aux enjeux de la collectivité, à savoir valoriser les volumes de menuiseries qui arrivent sur les déchèteries. 

Plusieurs tentatives de structuration de la filière ont été initiées ces dernières années en Nord Deux-Sèvres, sans trouver de modèle économique intéressant permettant à la fois de recycler suffisamment de matière et en même temps de produire en fin de démantèlement des matériaux de qualité et recyclables localement. 

L’ESIAM, Entreprise à But d’Emploi (EBE) lancée le 3 janvier 2017 dans le cadre de l’expérimentation Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée, s’est donc intéressée à cette activité non concurrentielle pour se diversifier. Aujourd’hui, 9 ETP sont dédiés à cette activité avec 1 personne pour la logistique, 3 concernant le démontage et 5 dédiées au traitement du vitrage.

Le taux de déchets ultime issu de ce procédé de démantèlement manuel est inférieur aux systèmes de démantèlement industriels existants, et les qualités des matériaux issus du recyclage sont supérieures (PVC, verre, bois). Les capacités de traitement sont par contre bien inférieures et cette valorisation est adaptée à des échelles territoriales plus petites.  
 

Chiffres clés 
●    Gisement disponible sur le territoire national : 8,4 millions de fenêtres déposées chaque année (UFME, 2019)
●    Typologie des menuiseries démantelées par l’ESIAM : 15% PVC – 85% bois
●    Quantité de menuiseries démantelées par l’ESIAM (données de janvier 2020) : 216 t (sur 1,5 année) 
 

La chaîne de valeur de la filière menuiserie de l'ESIAM

  • Quel est le fonctionnement des approvisionnements pour les menuiseries ?

Nous collectons les menuiseries auprès des structures suivantes : 
•    Fabricants de menuiseries
•    Collectivités via les artisans ou particuliers en déchèteries
•    Récupérateur/déchèterie professionnelle (ex : Brangeon, Rouvreau)
•    Menuisiers industriels (ex : groupe Millet)
•    Artisans locaux en direct 

La récupération des déchets par l’ESIAM est organisée sur le territoire Mauléonnais. Toutes les menuiseries sont acceptées, cependant le cours de l’aluminium étant plus intéressant, ce type de menuiserie est absent des gisements collectés. 

- La facturation du service se fait actuellement au poids (devrait évoluer prochainement en une facturation à l’unité de menuiserie). 
- Des services de collecte peuvent aussi être réalisés directement par l’ESIAM. 
- Périmètre d’intervention : Agglomération du Bocage Bressuirais et plus spécifiquement le territoire de Mauléon. 

  • Différentes étapes sont nécessaires au bon recyclage des menuiseries, quelles sont-elles ?

•   Démontage des ouvrants
•   Tri et séparation de chaque matériau (PVC, bois, verre, joints aluminium, matériaux non valorisables)
•   Sur-tri du bois en différentes classes d’emploi : 2, 3 ou 4 (norme NF EN 335-1 à 3 selon les risques d’exposition à l’humidité)

Chaque matériau issu du démantèlement est valorisé dans des industries locales : Saint-Gobain (verre) via l’entité REVIE VERRE, Polyrex (PVC), Chantiers Peupins (bois), 100 Détours (bois). La structure REVIE VERRE développe un modèle économique basé sur l’insertion par le travail à Angers.

- Chaque exutoire définit ses exigences qualité correspondant au gisement à récupérer, le principal critère étant la qualité du tri : pas de mélange avec d’autres matières.
- Le procédé de démantèlement manuel se différencie des procédés de démantèlement industriels basés sur des étapes de broyage des menuiseries suivi d’une dépollution et d’un tri optique (opérations mécaniques), assurant un meilleur taux de valorisation.

 

  • Quels sont les différents produits issus des matières premières obtenues ?

•  Bois B : Recyclé en mobiliers et aménagements intérieurs et extérieurs par les Chantiers Peupins (79) et 100 Détours (79) pour les meilleures essences

Voir le poster RECITA 2018 « Lombricomposteur-jardinière » des Chantiers PEUPINS >>
Voir le poster RECITA 2019 « Table de jardin » de 100 Détours >>

•   PVC : Recyclé par Polyrex (79)  voir zoom spécifique ci-après. 
•   Verre : Recyclé par Saint-Gobain (79) via l’entité REVIE VERRE
•   Joints aluminium (double vitrage) : recyclé chez un ferrailleur local
•   Déchets ultimes : Bois B non valorisables, joints
 

- Taux de recyclage du bois B issu de menuiserie : 62% début 2020, 80% à court terme 
- Rachat du PVC démantelé : 200€/t

 

  • Quels sont les freins et leviers pour le développement d’une filière de recyclage de menuiseries ?

FREINS : Les différents freins identifiés concernant le recyclage manuel des menuiseries sont :
• La nécessité de développer des outillages spécifiques permettant la manutention et le démontage des ouvrants ; 
• Des problématiques liées à l’amiante ou au plomb présent dans les menuiseries. Un travail avec la CARSAT est en cours afin de permettre le tri à l’ESIAM ; 
• Le choix du modèle par l’ensemble des acteurs des territoires : quelques grosses unités industrielles permettant de valoriser beaucoup de menuiseries mais avec des taux de recyclage et des qualités de produits finis plus faibles ou plusieurs petites structures sur chaque territoire permettant de mieux valoriser la matière.

LEVIERS : Parmi les différents leviers à activer, le principal concerne la bonne maitrise des filières aval. En effet, les différents partenariats avec des acteurs capables de réintégrer la matière dans leurs process sont essentiels, notamment concernant la filière du bois B car majoritaire à ce jour. La volonté des différents acteurs économiques des territoires est aussi un élément clé permettant de multiplier ce type de structures en région. Enfin, le fort potentiel de gisement et la loi Anti-Gaspillage pour une Economie Circulaire sont des leviers sur lesquels il faut s’appuyer pour implanter des petites unités de démantèlement.

PERSPECTIVES : Concernant l’ESIAM, les perspectives concernent essentiellement l’amélioration de la reconnaissance des essences de bois. La connaissance des essences permettra notamment de mieux classer les bois en différentes classes d’usages, et permettra à termes de mieux valoriser le bois issu du démantèlement. L’objectif est de réduire le pourcentage de déchets bois à moins de 20%. L’encadrant qui a rejoint l’équipe récemment a déjà permis de bien faire progresser les équipes dans la réduction des déchets de bois B.

Pour Polyrex, le souhait est d’engager une filière régionale capable de réintégrer l’ensemble des déchets PVC rigide de fin de vie produits en Nouvelle-Aquitaine. La première étape serait de réunir les principaux acteurs économiques du territoire concernés afin d’avoir une bonne vision du gisement. L’appui de la Région est important pour travailler en bonne intelligence et essaimer les petites unités permettant ainsi de remettre au centre de l’économie circulaire la dimension géographique.
 

  • Un dernier conseil à partager ? 

Avant de se lancer dans une filière de recyclage, plusieurs éléments sont à prendre en compte : avoir un gisement de qualité et à proximité du lieu de production, connaître son réseau de clients/partenaires potentiels et avoir une superficie importante de stockage.
 

ZOOM sur... la filière du PVC et le partenariat avec Polyrex

Polyrex travaille en partenariat avec l’ESIAM à partir d’un cahier des charges correspondant aux besoins de Polyrex (associé à des photos). Polyrex visite régulièrement le site de l’ESIAM et accompagne ses collaborateurs dans les bonnes pratiques liées au démantèlement du PVC. Le tri réalisé par l’ESIAM permet à Polyrex de garantir une qualité de granulés propres en produit fini.

Etapes du recyclage du PVC chez Polyrex : 
- Vérification et triage manuel (essentiellement par couleur)
- Broyage permettant de réduire la matière
- Extrusion – Granulation afin de filtrer (homogénéiser la matière, bloquer les impuretés avec un tamis jusqu’à 250 microns), régénérer (grâce à l’ajout d’additifs) et colorer selon la demande clients


Applications du PVC recyclé par les clients de Polyrex (secteurs du bâtiment et agricole principalement) :
- Extrusion ou co-extrusion pour les habillages de fenêtre
- Tubes PVC --> Periplast (17)
- Plaques de toit pour panneaux photovoltaïques composites (PVC et sciures de bois) --> Barsun (87)
- Règles à béton  Oudoul (64)
- Goulottes de protection de câbles électriques --> Hyères Profilés (23)
 

Le dimensionnement d’une unité de recyclage de PVC doit être réalisé en fonction du gisement. Une unité commence à être viable en traitant 500 t/an minimum avec 2 salariés.


 Coopération territoriale
 Economie sociale et solidaire
 Filières locales
 menuiserie
  PCV
  recyclage

Auteur de la page

  • Emeline Bentz

    Animatrice et chargée de projets

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Coopération territoriale
     Economie sociale et solidaire
     Filières locales
     menuiserie
      PCV
      recyclage