BioFix

  • 2016-03-25 15:27:20
  • /
  • Recita.org
  • /
  • 1580

Un système d’ancrage innovant, biosourcé et biodégradable pour le paillage en plein air

  • Porteur principal : Cinq M.C.
  • Nature de l'initiative : Démarche individuelle (entreprise ...)
  • Mise en oeuvre : Poitou-Charentes. Commercialisation nationale.
  • Route de Montignac 16230 Mansle
  • Date de début : janvier 2010

Le BIOFIX® est un système en forme de vis qui permet l’ancrage de toiles de paillage utilisé pour l’aménagement des espaces verts (abords de routes, autoroutes, lignes de chemin de fer, horticulture…). La vis, de par sa forme spécifique, permet une pose facilitée, rapide et un maintien plus performant de la toile de paillage par rapport à l’utilisation d’agrafes métalliques (issu de la fabrication de « ronds à béton »). L’intérêt du produit réside d’une part dans une réduction du nombre d’agrafes par unité de surface et d’autre part dans le caractère biodégradable du produit qui disparait naturellement à l’issue de la pousse des végétaux et de l’enlèvement des toiles. Ceci est d'autant plus intéressant que les agrafes ne sont pas récupérées à l'enlèvement des films de paillage. 20 à 25 millions d’agrafes sont ainsi enfouies en France chaque année, soit 900 à 1200 tonnes de fer à béton.

Bénéfices qualitatifs

La mise en place du projet BioFix avait pour objectif, à travers un partenariat régional, de limiter l'empreinte carbone des entreprises utilisatrices tout en améliorant les conditions de travail de leurs personnels.

  • La réussite d'un partenariat entre trois acteurs régionaux

L’initiative Biofix avait pour objectif de démontrer la capacité de Cinq MC, Futuramat et Valagro de développer un produit novateur, bio-sourcé et biodégradable :

- La société Cinq MC produisait historiquement des pièces techniques pour le marché automobile. Les nombreux changements opérés dans ce secteur au cours des dernières décennies (érosion du marché, restructuration des chaînes de sous-traitance…) a entraîné une chute importante du volume d’activité de Cinq MC qui a recherché de nouveaux marchés pour assurer sa perennité. L’initiative Biofix avait pour but de permettre à Cinq MC de gagner des parts de marché sur le secteur de l’aménagement du territoire.

- Valagro a pu démontrer grâce à ce projet la qualité des recherches menées sur les matériaux bio-sourcés.

- Pour la société Futuramat, il s’est agi de démontrer la capacité à assurer une production de granulés bio-sourcés de PLA aux qualités techniques correspondant aux exigences de Cinq MC.

  • Répondre à une problématique environnementale

D’un point de vue environnemental, la solution BioFix doit permettre de dépasser la pratique consistant à laisser des agrafes en fer à béton dans le sol suite au retrait des bâches. Le produit BioFix est biodégradable et ne laisse donc pas d’empreinte dans les sols suite à son utilisation. Ainsi il n’est pas nécessaire d’assurer une dépollution du site. Enfin, le design de BioFix a été réalisé en s’appuyant sur les concepts de l’éco-conception : limiter la quantité de matière utilisée et proposer un cycle de vie très peu impactant pour l’environnement.

  • Être économiquement viable

Au-delà de l’objectif environnemental, il s’agit également d’atteindre un objectif économique en limitant les coûts pour l’utilisateur final. Le design permet : une rapidité de pose, un prix net posé inférieur à une solution agrafes métalliques, une utilisation de deux à trois fois moins de vis que d’agrafes pour la même surface.

  • Adapter le produit à son utilisation

Enfin le design de BioFix a été pensé pour que la pose soit réalisée facilement par les opérateurs, réduisant ainsi la pénibilité de la tâche et les risques d’accidents du travail mais également le temps de pose. Pour cela, un outil spécifique (type griffe rotative) permettant de réaliser la pose en position debout et sans effort physique, en limitant les mouvement lors de la pose, et réduisant donc les risques d’apparition de troubles musculo-squelettiques chez les opérateurs.

Bénéfices quantitatifs

  • Réduction de l'impact environnemental

Matière

BioFix® est fabriqué à partir de compounds de bioplastiques produit par FuturaMat. Les principaux « ingrédients » des compounds sont, à proportion quasi identique, du PLA 100% recyclé et une charge en craie.

Logistique

Le conditionnement est en sacs papier Kraft issu de forêts à exploitation raisonnée avec une impression avec encre à eau.

Utilisation

Le résultat est très positif. La vis BioFix® biodégradable  se substitue parfaitement aux agrafes  en métal. En supprimant les éventuelles étapes de collecte, de tri et de valorisation, dans l’hypothèse où la réglementation évoluerait  le produit évite plusieurs impacts environnementaux.

Fin de vie

La fin de vie des BioFix® n’entraine aucune émission autre que du CO2, de l’eau et de matières organiques. Il n’y a pas de traitement à prévoir une fois les BioFix® biodégradées.

Une analyse du cycle de vie (ACV) simplifiée a également été menée afin de comparer les deux solutions selon la fonction rendue de fixation d’une toile de paillage sur une surface donnée. Les résultats montrent notamment un avantage d’un facteur moyen de 4 en termes d’impacts environnementaux (changement climatique, pollution de l’eau, l’air, épuisement des ressources).

  • Une clientèle conquise

Environ 40 000 BioFix ont été posées sur la LGV Tours-Bordeaux et 10 000 sur les autoroutes suisses, avec un débouché potentiel de 2 à 4 millions de pièces.

Etapes de l'initiative

Développement du produit : Cinq M.C. (16)

Formulation : Valagro (86)

Extrusion et production de la matière première : Futuramat (86)

Fabrication des pièces : ABC - Application Bioplastiques et Composites (16)

Facteurs d'accélération et freins

Facteurs d'accélération :

- Collaboration entre entreprises et centres techniques

Freins :

- Référencement chez les grands donneurs d'ordre prend du temps

Domaines d’activités

  • Construction
  • Industrie
  • Transport

Ressources

  • Bois
  • Plastique

Partenaires

  • Futuramat
  • La société Futuramat a construit dès 2005 son offre de produits et de services autour d’un paradigme alors peu admis au sein du monde industriel : la performance environnementale ne constitue pas fatalement une contrainte socio-économique pesant sur la compétitivité des modes de production, elle peut même constituer le moteur du développement économique. Ainsi la société a investigué le champ des applications des bioplastiques et développé des produits capables de remplacer les matières plastiques issues du pétrole tout en conservant les caractéristiques techniques. Futuramat a ainsi créé une gamme de produits associant performance environnementale, maîtrise des couts et qualité technique. Dans le cadre du projet Biofix, Futuramat a apporté son expertise dans la mise en œuvre des bioplastiques.


  • Valagro
  • La société de recherche Valagro a également contribué au projet Biofix en participant à la formulation de bio-matériaux et leur caractérisation.

Moyens techniques

  • Matériel nécessaire à la préparation et à la transformation du plastique : extrusion, injection.

Dispositifs, outils ou méthodologies

  • Formulation : les travaux de recherche et développement ont consisté à identifier la formulation permettant d’assurer la biodégradabilité du produit, avec un effet retard par rapports à la dégradation des paillages.
  • Stade pilote (laboratoire) : il a été nécessaire d’assurer les qualités de mise en œuvre de cette formulation dans le processus de thermoformage à l’échelle du laboratoire.
  • Industrialisation : les travaux ont également visé à assurer le changement d’échelle pour assurer la mise en œuvre dans le cadre d’un procédé industriel.
  • Analyse de Cycle de Vie "simplifiée" : selon les exigences, indicateurs et méthodologies de caractérisation définis par l’ILCD et repris dans la version du référentiel de bonne pratique sur l’Affichage environnemental ADEME / AFNOR BPX 30-323-0 (21/11/2013). Les calculs ont été réalisés avec la version 8 du logiciel SimaPro® intégrant la base de données Ecoinvent v3.

Moyens humains

Non communiqué.

Perspectives

Le marché potentiel de Biofix est de l’ordre de 2 à 4 millions de pièces par an.

Coûts de l'initiative

100000

Financement

Auto-financement. Les dispositifs de soutien à l’innovation ont permis de compléter l’enveloppe consacrée au développement de BioFix.

Témoignages

"Ce projet illustre parfaitement un des principaux objectifs du Pôle des Éco-Industries : fédérer les acteurs régionaux pour développer des projets porteurs de solutions innovantes et performantes autant d'un point de vue économique qu'environnemental. Porté par trois adhérents du Pôle (Valagro, Futuramat et ABC), tous trois acteurs de la filière plasturgie à différents stades (centre technique, producteur de matière première, fabricant de pièces commercialisables), ce projet permet en effet de réduire considérablement l'impact environnemental associé aux activités d'ancrage des paillages, en limitant la consommation de matière première et la production de déchets associée."

Alexandre DAIN, Coordinateur Économie Circulaire au Pôle des Éco-Industries
 Eco-conception
 RSE

Modérateur

  • Alexandre Dain

    Coordinateur Technique

    Suivre
  • Auteur de la page


  • Autres initiatives

    Plus d'initiatives

    Sur les mêmes thèmes

     Eco-conception
     RSE